Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

CONCLUSIONS CLES -Les pays sahéliens ont lancé avec succès leur structure de règlementation régionale sur les pesticides, le Comité Sahélien des Pesticides (CSP), au début des années 1990. -Les invasions répétées d’organismes nuisibles à grande échelle ont suscité un vif intérêt parmi les neuf pays sahéliens à mettre en commun leurs ressources techniques limitées pour lutter contre ces ravageurs et surveiller l’utilisation des pesticides de manière collective. -Malgré la bonne volonté collective et une collaboration précoce et efficace des techniciens phytosanitaires, les dirigeants politiques ont eu besoin de deux séries de mesures législatives sur une période de dix ans pour produire un cadre juridique cohérent et applicable. -Deux décennies plus tard, la CEDEAO essaie d’introduire un système d’homologation régional des pesticides similaire et harmonisé dans les pays de la zone côtière humide. -En raison de leur démarrage plus tardif, les pays côtiers font face à deux nouveaux défis difficiles auxquels les pays sahéliens n’étaient pas confrontés: a) des marchés de pesticides en croissance rapide et b) des structures réglementaires nationales bien établies mais différentes qui doivent maintenant être harmonisées. -Les leçons tirées de l’expérience du CILSS suggèrent que les pays côtiers devront se concentrer sur quatre questions clés afin de mettre en oeuvre avec succès la réglementation régionale sur les pesticides: 1. Obtenir un financement suffisant pour les régulateurs nationaux et régionaux 2. Procéder à une harmonisation technique en s’appuyant sur les outils HIP existants 3. Procéder à une harmonisation juridique des textes avec l’aide de juristes aguerris 4. Etablir un secrétariat technique régional pour les pays côtiers.

Details

Downloads Statistics

from
to
Download Full History