Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Comme dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, la population malienne est en train de subir des changements au niveau des modes de vie et de l’alimentation qui sont en partie motivés par l’urbanisation et la croissance des revenus. Nous apportons de nouvelles preuves empiriques quant à savoir si les Maliens se tournent vers les aliments hautement transformés, les repas achetés hors du domicile, les aliments sucrés et / ou potentiellement obésogènes. À l’échelle macroéconomique, nous examinons la répartition de la consommation entre les groupes d'aliments et le contenu de la transformation, en comparant les zones urbaines et rurales. À l’échelle microéconomique, nous étudions si le régime alimentaire des femmes respecte les normes minimales adéquates, contient des sources clés de micronutriments et inclut des éléments tels que les graisses et les sucreries. Nous utilisons deux jeux de données à grande échelle récemment collectés. Nous constatons que la production au niveau des exploitations ne représente que 25% de la nourriture consommée par les ménages ruraux pendant la période de soudure et 36% après la récolte. La part des aliments transformés est plus importante dans les zones urbaines (60%) que dans les zones rurales (48%) et considérablement plus élevée que celle rapportée pour l'Afrique orientale et australe, mais avec une part plus faible d'aliments hautement transformés et une part négligeable de repas consommés hors du domicile. Les scores moyens de diversité alimentaire sont plus élevés dans les ménages urbains que dans les ménages ruraux. La diversité des régimes alimentaires des femmes et des ménages est sujette à la saisonnalité dans les deux endroits. Environ la moitié des femmes rurales interrogées n’ont pas atteint le niveau minimum acceptable en matière de diversité alimentaire pendant la période de soudure. Les femmes consommaient peu de sucreries. Pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali, il faudra appuyer les politiques nationales et les investissements dans les secteurs de la transformation alimentaire et des produits alimentaires afin de garantir la fourniture d’aliments abordables, diversifiés et sains toute l’année, dans les zones urbaines et rurales. L’autosuffisance des petits exploitants apparaît comme un objectif difficile à atteindre.

Details

Downloads Statistics

from
to
Download Full History