Files

Action Filename Size Access Description License
Show more files...

Abstract

Le but ultime de ce travail a été de mesurer l’impact du capital humain estimé par la formation et l’éducation sur la productivité agricole au Burkina Faso en utilisant les données de l’enquête permanente agricole 2007- 2008. La technique du matching utilisé habituellement pour évaluer l’impact de politique sur une population donnée a été utilisée comme méthode d’estimation de cet impact. Cela a consisté pour nous à comparer par cette approche la productivité agricole des responsables de parcelles ayant un capital humain de ceux n’en possédant pas. Globalement, le capital humain accroît en moyenne la productivité agricole des cultures comme le mil, l’arachide et le coton mais pas pour les cultures comme le sorgho blanc, le maïs et le riz. Cela est expliqué seulement dans une moindre mesure par le caractère extensif de l’agriculture burkinabé.=========================The ultimate goal of this paper has been to measure the impact of human capital on agricultural productivity in Burkina Faso. The data used was drawn from the national annual survey of agriculture (2007-2008). The method of estimation was the Propensity Score Matching usually used to estimate the impact of social or economic policies on target groups. By the matching method, we compared two groups of farmers: those having human capital and those not having human capital. In average, human capital increases agricultural productivity of cultures such as millet, peanuts and cotton, but does not increase the productivity of cultures such as rice, maize and white sorghum. That is partly due to the traditional way of agriculture in Burkina Faso.

Details

Downloads Statistics

from
to
Download Full History