Files

Abstract

L’article vise à montrer comment l’organisation du travail des éleveurs de porcs les a vulnérabilisés au travers d’un demi-siècle de politiques publiques. Pour suivre et interpréter de quelle manière le travail a joué ce rôle de désintégration sociale, nous analysons les prescriptions qui le normalisent. Cette normalisation met en évidence le passage d’un travail construit dans des situations collectives où prédominent les pairs à des situations d’isolement. En nous appuyant sur des enquêtes de terrain auprès d’éleveurs, nous retraçons la construction d’un modèle du métier qui repose sur une transformation des relations entre pairs. Nous décrivons ensuite comment la spécialisation modifie les manières de travailler en déliant les collectifs. Nous analysons enfin de quelle façon, dans un espace rural recomposé où les éleveurs sont critiqués, ces déliaisons peuvent renforcer leur vulnérabilité sociale.

Details

Downloads Statistics

from
to
Download Full History