OMD-Agenda 2063/ODD Rapport de transiti on 2016 Vers une approche intégrée et cohérente du développement durable en Afrique

L’année 2016 marque la transition entre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et le Programme de développement durable à l’horizon 2030. A l’échelle du continent africain, les pays passent également du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) à l’Agenda 2063, un cadre de développement qui vise à accélérer la transformation du continent. L’édition de cette année fait le point sur la performance du continent en matière d’OMD et recense les possibilités et les défis liés au passage aux Objectifs de développement durable (ODD). Plusieurs pays sont en bonne voie pour atteindre l’objectif de réduction de la pauvreté mais le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté continue de croître. En 2012, le continent dans son ensemble n’a pas réussi l’OMD consistant à réduire de moitié la pauvreté extrême à l’horizon 2015. Toutefois, il convient de signaler que 19 pays africains ont atteint l’objectif d’extrême pauvreté en 2012 ou étaient sur le point de l’atteindre. Sept des 19 pays (Afrique du Sud, Botswana, Égypte, Guinée, Namibie, Swaziland et Tunisie) ont déjà atteint l’objectif ou l’ont dépassé, pendant que 12 autres pays étaient en voie de réaliser l’objectif relatif à la pauvreté. La baisse générale de la pauvreté est essentiellement due à l’amélioration du climat des affaires et de la situation macroéconomique combinée aux prix élevés des produits de base. Cependant, il y a aujourd’hui plus de pauvres qu’en 1990, année de référence. En 1990, quelques 280 millions d’Africains étaient classés comme extrêmement pauvres et, en 2012, ce chiffre est passé à 389 millions en raison du fait que la croissance des revenus était plus lente que la croissance démographique. D’importants progrès ont été réalisés en matière de réduction de la faim. En dépit des niveaux systématiquement élevés de la faim en Afrique, des progrès remarquables ont été enregistrés dans toutes les sous-régions à l’exception de l’Afrique du Nord où les niveaux sont moyens mais n’ont pas beaucoup changé depuis 1990. Même si aucune des sous-régions n’a atteint l’objectif de réduction de la pauvreté à l’échéance de 2015 des efforts importants ont été faits dans ce sens notamment dans le Sahel et la Corne de l’Afrique où des réductions d’au moins 20% ont été enregistrées. A la fin de 2015, ces deux sous-régions ont atteint l’objectif à hauteur de 94% et de 96% respectivement. Les conflits qui perdurent en Afrique centrale et des conditions climatiques défavorables, telles que la sécheresse et les inondations au Sahel, dans la Corne de l’Afrique et en Afrique australe, continuent de peser sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans ces sous-régions qui souffrent de la faim plus que d’autres sous-régions du continent. L’accès à l’éducation ne cesse de s’améliorer mais la qualité de l’enseignement demeure médiocre. Bien que les pays africains n’aient pas tous atteint l’objectif de l’éducation universelle en 2015, des progrès significatifs ont été enregistrés au cours de la période fixée à la réalisation des OMD. Dix-huit des 40 pays du continent qui disposaient de données en 2013 ont enregistré des taux d’inscription nets supérieurs à 90%. Dans le même temps, le nombre de pays qui ont enregistré des taux d’inscription scolaire supérieurs à 80% est passé de 31,4% en 2000 à 70% en 2015. En dépit de ces améliorations, les taux de rétention scolaire demeurent relativement faibles et les pays africains occupent un placement bas à l’échelle internationale. Progrès constants mais lents en matière d’alphabétisation L’Afrique continue d’enregistrer des progrès constants mais lents en matière de lutte contre l’analphabétisme. A la fin de l’année 2012, 14% des 49 pays africains disposant de données ont atteint l’objectif d’alphabétisation universelle. Ils n’étaient que 7% en 2000. En outre, 11% des pays du continent affichaient un taux d’alphabétisation des jeunes de 50% ou moins, alors que ce taux n’était que de 9% en 2012. Ces progrès peuvent être attribués aux effets indirects d’investissements publics sans précédent dans l’éducation primaire, la mise au point et la mise en oeuvre de politiques nationales favorisant l’accès du plus grand nombre à l’éducation, notamment pour les filles et les enfants de communautés pauvres, et la mobilisation de la société civile et de la communauté internationale des donateurs. D’autre part, 51% des pays africains qui disposent de données sont bien loin de l’objectif d’alphabétisation des jeunes; cette situation qui s’explique par l’absence chronique d’infrastructures et d’enseignants, l’inadéquation des mécanismes d’évaluation et d’assurance de la qualité et la nature fragmentée des approches d’application des programmes d’alphabétisation. Recul de la parité des sexes dans les paliers supérieurs d’enseignement Le continent s’approche de la parité des sexes dans le cycle primaire. En 1990, il y avait en moyenne 86 filles pour 100 garçons scolarisés. À fin 2013, ce ratio est passé à 96 filles pour 100 garçons scolarisés. L’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe se maintiennent toujours au-dessus de la moyenne continentale. Des progrès importants ont été également enregistrés dans l’enseignement secondaire. La participation des filles est passée de 71 filles pour 100 garçons dans les années 90 à 90 filles pour 100 garçons en 2013. Les pays d’Afrique australe affichent des chiffres supérieurs à la moyenne africaine et ceci s’explique par le fait que les garçons ont plus de chances à l’emploi (dans les secteurs minier et industriel), dans des postes qui ne nécessitent pas un niveau d’études élevé. En moyenne, la parité entre les sexes est moindre dans l’enseignement supérieur (68%) par rapport à l’enseignement secondaire (86%). Malgré d’importants investissements en faveur de l’éducation des filles, des facteurs socioéconomiques et des pratiques culturelles et religieuses continuent d’entraver la scolarisation des filles et sont pour beaucoup dans la déperdition scolaire de ces celles-ci. Dans certains pays, les parents continuent d’envoyer en priorité les garçons suivre des études secondaires ou supérieures pendant que la carence en installations sanitaires, la prévalence des mariages et des naissances précoces entravent la participation soutenue des filles à l’éducation. Forte représentation des femmes dans les parlements nationaux des pays du continent L’Afrique a enregistré des avancées remarquables dans la promotion de la participation active des femmes aux affaires de la Cité même si elle n’a pas atteint l’OMD correspondant. En moyenne, la représentation des femmes dans les parlements nationaux a presque triplé, passant de 8% en 1990 à 22% en 2015. Cette hausse n’a été possible que grâce à l’application rigoureuse de quotas de participation féminine consacrés dans les lois fondamentales des pays. Déclin sans précédent de la mortalité infantile L’Afrique a enregistré des baisses sans précédent de la mortalité infantile durant la période 1990-2015. Le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans en Afrique (hors Afrique du Nord) a chuté, passant de 180 décès pour 1000 naissances vivantes en 1990 à 83/1000 en 2015, la baisse la plus forte ayant été enregistrée entre 2000 et 2010. La baisse a été encore plus remarquable en Afrique du Nord: 24 décès pour 1000 naissances vivantes en 2015 contre 73 décès pour 1000 naissances vivantes en 1990. De même, les taux de mortalité infantile ont connu une diminution importante à la fois en Afrique du Nord qu’en Afrique sub-saharienne durant la même période. Une plus large couverture de la vaccination des enfants, la baisse de la mortalité induite par le paludisme grâce à des programmes de prévention plus efficaces, un meilleur accès au traitement des infections respiratoires aiguës et de la diarrhée et le déploiement des personnels de santé dans les campagnes ont été les principaux facteurs qui ont permis de réduire la mortalité infantile sur le continent. Ceci étant, l’Afrique continue d’afficher les taux de mortalité infantile les plus élevés dans le monde et le rythme de la baisse de cette mortalité est plus faible que dans d’autres régions (hormis l’Afrique du Nord). Diminution rapide des taux de mortalité maternelle (TMM) Tous les pays d’Afrique ont réduit leurs taux de mortalité maternelle entre 1990 et 2015 à l’exception du Zimbabwe et de l’Afrique du Sud. Trois pays (Cap- Vert, Libye et Rwanda) ont déjà atteint l’objectif de réduction de 3/4 du taux de mortalité maternelle entre 1990 et 2015. Quinze autres pays ont réduit leurs TMM à plus de 50%. D’autre part, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud ont signalé une hausse de leur TMM durant la même période, attribuant cette hausse au VIH/sida. En dépit des progrès accomplis, le TMM demeure élevé dans les pays d’Afrique. Dix-neuf pays ont signalé des TMM supérieurs à 500 décès pour 100 000 naissances vivantes en 2015. Les soins qualifiés à l’accouchement et l’accès aux soins obstétriques d’urgence - le cas échéant - sont les deux principales interventions indispensables pour garantir une maternité sans risques. Certes, l’Afrique a augmenté substantiellement la proportion d’accouchements assistés par un personnel qualifié (de 45% en 1990 à 71% en 2014) mais cette proportion demeure faible quand on la compare aux taux mondiaux. Diminution rapide de l’incidence et de la prévalence du VIH/sida L’incidence et la prévalence du VIH/sida en Afrique ont diminué plus rapidement durant la seule année 2012-2013 que sur les 11 ans de la période 2001- 2012. Ce déclin est dû à une plus grande utilisation des préservatifs et à un meilleur accès aux traitements antirétroviraux. Sur le continent (hors Afrique du Nord) la baisse de l’incidence était de 6,45% dans la période 2012-2013 et de 4,95% au cours de 2011-2012. Les chiffres de prévalence correspondants étaient de 2,22% et 1,91% respectivement. Les taux de l’Afrique du Nord sont demeurés inchangés; l’incidence et la prévalence du VIH/sida sont restées faibles et constantes avec 0,01% et 0,1% respectivement tout au long des années. Hausse faible mais constante des émissions de carbone Comparées à celles du reste du monde, les émissions de dioxyde de carbone de l’Afrique demeurent négligeables. Toutefois, plus de la moitié des pays du continent ont enregistré une hausse de leurs émissions de CO2, à l’exception de quelques-uns, dont la Libye et le Gabon, qui ont fait des efforts notables pour réduire leurs émissions. En outre, l’Afrique a réussi à réduire sa consommation de substances appauvrissant la couche d’ozone (SAO) et à se conformer au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Engagement crédible pour protéger les aires marines et terrestres de l’Afrique Plus de 50 pays du continent ont atteint, dès 2014, l’objectif de protection d’au moins 10% de leurs aires marines et terrestres. En 2000, ils n’étaient que 33% à l’atteindre. Le nombre d’aires marines et terrestres protégées en Afrique (hors Afrique du Nord) est passé de 7,1% en 1990 à 11,1% en 2014. Lenteur des progrès en matière d’accès à l’eau potable et à l’assainissement La part des ménages urbains et ruraux qui ont accès à une eau potable de meilleure qualité a connu une augmentation remarquable, passant de 48 en 1990 à 68 en 2015. Mais ces progrès restent en deçà de l’objectif chiffré de 76%. Les progrès les plus nets ont été enregistrés dans les zones rurales même si l’accès en milieu urbain est beaucoup plus élevé. Pratiquement, tous les pays africains ont enregistré des progrès sur cet indicateur et 13 pays ont signalé une couverture de 90% ou plus. L’accès aux installations sanitaires en Afrique (hors Afrique du Nord) n’a connu qu’une timide progression, passant de 24% en 1990 à 30% en 2015. En conséquence, et conformément à la tendance mondiale, l’Afrique n’atteindra pas l’objectif d’assainissement fixé à 66% de couverture. Note positive: l’Afrique du Nord est l’une des rares régions à avoir atteint l’objectif d’assainissement. Diminution de la part de l’Afrique dans le commerce international Au regard des dernières tendances, la part de l’Afrique dans les échanges commerciaux mondiaux a baissé, passant de 3,3% en 2013 à 3,0% en 2014, en partie en raison des fluctuations défavorables des prix des marchandises sur les marchés internationaux. Ces prix ont chuté de plus de 60% depuis le second semestre de 2014, atteignant des niveaux inférieurs à ce qu’ils étaient en 2008 durant la crise financière mondiale. Les termes défavorables des échanges ont des répercussions significatives sur l’investissement et la croissance économique puisque l’essentiel des biens qu’échangent de nombreux pays africains provient de leurs ressources naturelles, soit les 2/3 des exportations du continent. Poursuite de la dépendance envers l’aide malgré un recul des APD Les montants nets d’aide publique au développement que les pays de l’OCDE/CAD ont versés au continent africain n’ont cessé d’augmenter en volume (10,4 milliards de $US en 2000 contre 29,2 milliards $US en 2014) sur la période des OMD et la part régionale du continent s’est maintenue entre 34% et 49% (43% en moyenne). Toutefois, calculé en termes d’aide programmable par pays africain, le volume d’APD pour l’Afrique en 2014 a chuté vertigineusement - par faute d’engagements - de 8,1% à 45,9 milliards de $US, alors qu’il se situait à 49,9 milliards de $US en 2013, aux prix réels de 2013. Le gros de cette diminution peut être attribué à une réduction considérable de l’aide aux principaux pays bénéficiaires tels que le Kenya et la Tanzanie. Accroissement de la pression de la dette Fortement soutenus par les initiatives mondiales de désendettement, la plupart des pays en développement (y compris ceux d’Afrique) ont réduit de façon constante le ratio service de la dette/ revenus par environ 15 points de pourcentage durant la période des OMD. Cependant, des chiffres récents révèlent une hausse du ratio service de la dette/ revenus depuis 2011. Ce ratio continuera d’augmenter eu égard aux perspectives régionales et mondiales fragiles, aux changements structurels limités et à des capacités inadéquates de gestion de la dette. L’inquiétude croissante au sujet de la soutenabilité de la dette renvoie à une question centrale, à savoir: quel mécanisme équilibré pour gérer les crises de dettes souveraines à venir? Augmentation spectaculaire des téléphones mobiles mais pas de l’accès à Internet Le nombre d’abonnements au téléphone cellulaire a enregistré une hausse exponentielle et, aujourd’hui, 80% des Africains utilisent la téléphonie mobile. En revanche, 84% des Africains ne sont pas connectés à un réseau mondial de contenus et d’application alors que la moitié de la population mondiale est connectée à Internet. Ceci s’explique en partie par le fait que l’Afrique dépend trop des satellites et des terminaux à très petite ouverture (VSAT) pour se connecter. Le coût élevé de l’accès à Internet en Afrique est le principal obstacle : le prix de 100 kilo-octets par seconde en Afrique est le plus élevé dans le monde. La double transition de l’Afrique aux ODD et au Programme 2063 exige un cadre intégré de résultats En 2015, les Chefs d’État et de gouvernement de l’UA ont adopté l’Agenda 2063, un cadre stratégique de croissance inclusive et de développement durable, ainsi que le Programme de développement durable à l’horizon 2030, un outil mondial pour réaliser le développement durable dans ses trois volets - économique, social et environnemental - d’une manière équilibrée. Ces deux évènements phares annoncent une double transition: une transition mondiale des OMD au Programme de développement durable à l’horizon 2030 et une transition continentale du NEPAD à l’Agenda 2063. Le Programme 2030 et l’Agenda 2063 ont un caractère intégral, s’appuient sur un très large processus de consultations et aspirent à la transformation structurelle et au développement durable. Ceci dit, ces deux cadres ne sont pas identiques. Pour les mettre en oeuvre, il faudra communiquer de façon efficace sur leur contenu, leur intégration de manière cohérente dans les cadres nationaux de planification et sur le cadre de résultats pour en assurer le suivi. Les arrangements institutionnels de mise en oeuvre doivent être ancrés dans des mécanismes solides de coordination Les gouvernements africains avaient, dans le passé, adopté une démarche séquentielle du développement durable: « se développer d’abord et s’occuper des questions de durabilité et de soutenabilité plus tard ». Or, Rio+20 a réitéré que les objectifs de développement durable appellent une approche intégrée qui traite simultanément et de manière équilibrée les dimensions économique, sociale et environnementale de la durabilité. La mise en oeuvre intégrée exige que l’on se défasse des « silos » institutionnels et que l’on renforce la coordination sectorielle (horizontale) et infranationale (verticale) dans tous les organismes intervenant dans la mise en oeuvre. Les arrangements institutionnels de huit pays africains décrits dans ce rapport (Éthiopie, Ouganda, Ghana, Kenya, Tanzanie, Zimbabwe, Rwanda et Botswana) fournissent des enseignements pour d’autres pays du continent


Issue Date:
May 02 2016
Publication Type:
Report
Language:
English
Total Pages:
180




 Record created 2018-02-01, last modified 2018-02-02

Fulltext:
Download fulltext
PDF

Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)