ETUDE DU COMPORTEMENT DE DEUX VARIETES DE DIOSCOREA ALATA DANS LES CONDITIONS DE LA MARTINIQUE (MAI 2004-FEVRIER 2005)

L'anthracnose de l'Igname, dont l'agent causal est le Colletotrichum gloeosporioides, est le principal facteur limitant de la production d'igname Alata à la Martinique ; même si l'on ne peut ignorer la part déterminante des nématodes (Pratylenchus coffeae, Scutellonema bradis) et des viroses (Potyvirus) dans la chute brutale de la production constatée au cours des dix dernières années. Les limites réglementaires à l'utilisation de fongicides, le risque de mutation ou de recombinaison génétique du champignon, et de plus en plus les exigences environnementales rendent inenvisageable la solution de contrôle par des produits chimiques. Les efforts de l'INRA de Guadeloupe, pour proposer du matériel végétal tolérant s'organisent selon deux axes, l'un l'introduction contrôlée de matériel végétal de pays proches du point de vue agroclimatique, l'autre l'obtention en Guadeloupe par croisement puis sélection de variétés nouvelles. Deux variétés, l'une « Americanos », introduite, l'autre « Boutou » obtention de l'INRA, ont été testées à la Martinique au cours de la saison 2004-2005 par la Chambre d'Agriculture , en comparaison avec deux variétés témoins : « Pacala » témoin sensible, et « Belep », témoin résistant. Des observations paralleles relatives à d'autres maladies (Potyvirus) ont été effectuées ainsi que des comptages de nématodes et d'insectes parasites du tubercule. La variété « Boutou » a donné des résultats satisfaisants en matière de productivité et de résistance à Γ Anthracnose.


Issue Date:
Jul 10 2005
Publication Type:
Conference Paper/ Presentation
Language:
English
Total Pages:
15




 Record created 2017-10-11, last modified 2017-10-11

Fulltext:
Download fulltext
PDF

Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)