RESIDUES OF INSECTICIDES FOR GUMMOSIS CONTROL IN PINEAPPLE

Without labeled insecticides, such as toxaphene, Puerto Rico pineapple growers are unable to control the larvae of Batrachedra comosae Hodges, a moth causing the dreaded gummosis. Pineapple production of 68,753 metric tons valued at $19.5 million in 1987-88 may be in jeopardy. For several years up to and following the US EPA cancellation of toxaphene labels, field and residue trials were conducted to evaluate the effects of other insecticides for gummosis control. Insecticides with active ingredients acephate, fenvalerate and esfenvalerate were effective when applied during bloom 60-80 days before harvest. In several trials insecticide residue levels in the pineapple crown, stump, foliage, whole fruit, pulp and bran were barely detectable and ranged from 0.01 to 0.08 ppm. On basis of current data, EPA has granted a Section 18 emergency exemption registration for one year for the use of esfenvalerate on pineapples grown in Puerto Rico. A tolerance and full label will be granted after additional residue data is provided from samples of pineapple juice and bran. ----- A Porto Rico les planteurs d'ananas, s'ils ne peuvent utiliser d'insecticides du typetoxaphène, sont dans l'incapacité de contrôler la teigne Batrachedra comosae Hodges responsable de la gommose. Dans ces conditions la production d'ananas qui était en 1987-88 de 68753 T et représentait une valeur de 19,5 millions de $ pourrait se trouver en péril. Depuis quelques années, à la suite de l'annulation par l'E.P.A. de la dérogation d'utilisation du toxaphène, des essais ont été effectués pour évaluer le taux des résidus et l'efficacité au champ d'autres insecticides. Certains de ceux-ci, à base notamment d'acephate, fenvalerate et esfenvalerate, se sont montrés efficaces appliqués à la floraison 60 à 80 jours avant la récolte. Dans divers essais insecticides les analyses de résidus effectuées alors dans différentes parties de la plante (couronne, souche, feuille, fruit, pulpe...) ont montré que ceux-ci étaient difficilement détectables puisque compris entre 0,01 et 0,008 ppm. A la suite de ces résultats l'E.P.A. a accordé (Section 18) aux planteurs d'ananas de Porto Rico une dérogation d'une année pour l'utilisation de l'esfenvalerate. L'homologation définitive pourrait être accordée à la suite d'analyses de résidus complémentaires qui seraient à effectuer notamment à partir d'échantillons de jus et d'écorce d'ananas.


Other Titles:
LES RESIDUS INSECTICIDES ET LE CONTROLE DE LA GOMMOSE DES ANANAS
Issue Date:
Jul 01 1989
Publication Type:
Conference Paper/ Presentation
Language:
English
Total Pages:
10




 Record created 2017-07-17, last modified 2017-08-29

Fulltext:
Download fulltext
PDF

Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)